L’immortel, un polar mafieux à voir AB-SO-LU-MENT !

Tirée d’une histoire vraie, celle de Jacky Le Mat, et romancée par Franz-Olivier Giesbert, ce film a été annoncé précocement (en automne dernier) pour ne sortir que fin mars 2O10.

La bande-annonce, à l’époque, m’avait marquée puisqu’elle montre la scène radicalement cruciale du film, son point de départ.

Mais voyant son retard à sortir -repoussé à 2 reprises – je pensais, finalement, que je serais déçue. Je ne vois pas pourquoi le service marketing d’Europacorp n’a pu s’entendre sur sa date de sortie, dans la mesure où, si le film est excellent, le calendrier n’y change pas grand chose. Et finalement, sa sortie en même temps qu’Alice n’était -elle pas risquée, après tout ? Sans compter la lourdeur de la promo du film la semaine précédente…

Fort heureusement, ce film fut à la hauteur de la force de son teaser et à celle de mes espérances, et ce, pour plusieurs raisons.


Tout d’abord, Richard Berry, qui tient les manettes de la réalisation, nous livre une oeuvre stupéfiante de professionnalisme. Je n’avais pas vu ses précédents films, mais là, je dois dire que je fus agréablement surprise.

Il s’inscrit tout à fait dans la lignée des autres thrillers français actuellement en pleine expansion : je pense aux films d’Olivier Marchal, à Ne le dis à personne, et plus récemment à la série Braquo pour Canal +, les 2 opus de Mesrine, Un prophète … 

Concernant la construction du film, je trouve que les mouvements de ses caméras sont exactement adaptés aux situations qu’il a choisies de décrire : les plans sont nets, accélérés et articulés autour de plusieurs angles pour les scènes d’action ; les caméras entourent littéralement les personnages lorsqu’ils sont face à des situations importantes. J’ai apprécié, aussi, ses transitions. Notamment quand il filme Jean-Pierre Daroussin de dos allant d’une pièce à l’autre, caméra au poing.

Les lieux sont  également bien trouvés : la baraque luxueuse de Kad Merad, l’appartement de la mère de Jean Reno hyper lumineux, sa planque magnifique dans les calanques, la jolie scène du henné pour le mariage … Et là, tout de suite, je repense à sa manière d’aborder la ville au crépuscule. Le tournage a eu lieu à Paris, Avignon et Marseille principalement. Le côté esthétique de ce film est vraiment bien exploité.

Le jeu des acteurs est, en outre, très agréable : Joey Starr, Marina Foïs – excellente…

Quant à l’intrigue, le spectateur se trouve totalement concerné : comment le héros va-t-il gérer les situations ? On comprend vraiment les choix auxquels il doit faire face, tout comme ceux de chacun des personnages d’ailleurs, et puis on a hâte de voir la tournure que cela va prendre…

Bref, un film à voir de toute urgence !

Advertisements
This entry was published on April 2, 2010 at 5:47 pm. It’s filed under Ciné, TV and tagged , , , . Bookmark the permalink. Follow any comments here with the RSS feed for this post.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: