Un samedi comme un autre, à Paris

Le week-end dernier, nous nous sommes arrangés un petit parcours typiquement parisien.

1er stop : happening de street art rue de Wagram. Là, des graffeurs peignaient en live des toiles qu’ils signaient, sans peur. Ils étaient installés juste en dessous d’une gigantesque bâche, où étaient accrochées  – par des pros de l’escalade – des toiles précédemment réalisées, toutes plus grandes les unes que les autres. Impressionnant.

Elles seront revendues par adjudication à l’automne, au profit de l’association Paris Tout P’tits.  J’ai appris, au cours d’une courte discussion avec l’organisateur, que les vandales, genre TPK & co, en gros les plus connus des services de police, étaient venus tôt, mais alors, très tôt.

Loïc © Aymé Katendi, mai 2O1O.

Puis, direction la Monnaie de Paris, pour voir le travail de Willy Ronis, auparavant exposé à Arles à l’occasion des rencontres photographiques et à Paris en 2OO9.

Ce photographe est particulièrement intéressant parce que :

– il a vécu 99 ans et qu’il a eu l’opportunité de couvrir pas mal d’évènements ;

– il a beaucoup voyagé – une aubaine pour l’époque – grâce à sa collaboration au magazine Life.

– il a toujours attaché une réelle importance aux commentaires, qui, finalement, deviennent une partie inhérente de ses œuvres. Ils permettent de retracer le contexte de la prise de vue.

Dans la première salle, entre Denis Olivennes & Ines de la Fressange, on a pu en apercevoir quelques uns. Le problème aujourd’hui, c’est qu’ils sont tellement rares qu’on ne les remarque même pas. Pourtant, ces histoires nous donnent l’impression d’avoir un échange avec l’artiste. La tendance actuelle veut que les expositions soient impersonnelles : seul l’audioguide, prêté contre la modique somme du prix de l’entrée en moyenne, permet aujourd’hui d’en apprendre plus.

A ce propos, j’ai lu un article dans la revue -excellente- Connaissance des arts où le journaliste évoquait la fin des conférenciers. C’est dire si cela devient préoccupant.

Dans une salle annexe, le documentaire projeté, dans lequel il parle de son travail, de sa vie, de  certains clichés, de sa famille, est pas mal du tout par ailleurs.

Entre toutes ces photos populaires prises avec son minuscule LeiCa, mes clichés préf’ sont les suivants :

Un soir en passant © Willy Ronis, 1952.

Trop la classe ! On se croirait aux Etats-Unis, alors que c’est une vue de la Place de la Concorde. Le noir est blanc est vraiment approprié. Ce cliché me fait penser à un roman de Fitzgerald, ou à l’époque du Dahlia Noir de James Ellroy, porté à l’écran par Brian de Palma.

Les pingouins & le cavalier © Willy Ronis, 1956.

Le contexte ici est celui d’un cirque installé alentours et entre deux répétitions, les animaux se font la mâle et voilà ce que ça donne : Totallement trippant : je pense au début de Batman Returns, de Tim burton, et un petit peu à Mary Poppins, Au fond, c’est un cheval blanc qui ressemble à une licorne…

La dernière salle présente un mur où il a photographié toutes ses rencontres : Jacques Prévert, Robert Cappa… Un homme de son temps, comme on dit.

Advertisements
This entry was published on May 13, 2010 at 3:36 pm. It’s filed under Art contemporain, Dans ma bibliothèque, Expo, Promenades, Street art and tagged , , , , , . Bookmark the permalink. Follow any comments here with the RSS feed for this post.

One thought on “Un samedi comme un autre, à Paris

  1. L’expo est magique. On rentre complètement dans son univers, certains clichés sont très émouvants et ses commentaires sont intéressants aussi bien pour le côté histoire que techniquement.Une expo digne de ce nom pour un photographe dé génie.
    Cordialement

    Dicky le Canard

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: