Murakami à Versailles : un anachronisme controversé

J’en avais déjà parlé ici mais la tentation de donner mon opinion est trop grande au vu de la prolifération de commentaires sur le sujet.

1. Coup de pub : certes, mais pour qui ?

Il est vrai que Takashi Murakami ne s’est pas ruiné pour la promo de cet évènement : d’une part,  la notoriété du château y remédie naturellement et d’autre part, les critiques venant de toutes parts font parler de lui et de son travail.

Après lecture de différentes interviews de l’artiste japonais, il s’agirait d’une initiative de Jean-Jacques Aillagon, actuel Président de l’établissement public& du domaine du château. Et il aurait payé Murakami 2 2OO OOO € par un montage de fonds privés !

Ce n’est donc pas utile de le fustiger. Surtout que cela produit l’effet inverse.

2. Le site est-il un musée ? Une salle d’exposition ?

Pas en soi. Et les touristes et autres curieux viennent le “visiter” pour ce qu’il est. On est bien sur la même longueur d’onde.

3. Alors en quoi le fait de présenter des œuvres d’art contemporain pourrait nuire à ce sanctuaire ?

Le seul désagrément que je décèle est le fait d’exposer ses œuvres dans les salles les plus importantes – pour les rendre visibles, inéluctablement – ne donne pas le choix aux visiteurs d’apprécier uniquement l’édifice. Il n’y a pas d’itinéraire  bis ; et peut-être que, même si j’ai du mal à le croire, Murakami n’intéresse pas tout le monde.

Néanmoins, je pense que ce qu’il présente n’est pas pernicieux : il s’agit d’immenses statues de fleurs multicolores, des personnages de mangas et non d’un abattoir… ces installations restent ludiques (il a fait le tri pour l’évènement) et on peut imaginer que cela émerveillera les enfants dissipés.

4. Appréciation du décalage entre le classique et l’art moderne :

C’est justement tout le problème, ou tout du moins, dès que l’occasion s’est présentée, l’art contemporain a rarement été accueilli du premier coup : La Fontaine de Marcel Duchamp -vous savez, l’urinoir – est aujourd’hui ce qu’elle est ; la pyramide du Louvre de leoh Ming Pei a également eu du mal a être acceptée à l’unanimité ; enfin, nous n’étions pas tous excités à l’idée que Prince puisse se produire à l’extérieur du Château, devant les bassins de Neptune ? et le projet est d’ailleurs toujours d’actualité.

Takashi Murakami explique que, contrairement à ce qu’avait fait Jeff Koons en 2008, il a choisit d’aborder ce projet en “confrontant ” le classique avec le contemporain. Ainsi, sa démarche était-elle d’ores et déjà condamnée. Mais il ne faut pas oublier qu’il n’abîme rien, que ses toiles sont fixées sur un mur installé pour l’occasion et qu’il s’agit, avant tout, d’une exposition éphémère.

Pour ma part, je m’étais réjouie de l’exposition Kawaï en 2OO2 à la Fondation Cartier, et je me fais un plaisir d’y retourner le plus tôt possible parce que justement, d’une pierre deux coups, j’avais très envie d’y aller, au Château !

Qui m’aime me suive, (dimanche ??)


Advertisements
This entry was published on September 13, 2010 at 1:25 pm. It’s filed under Art contemporain, Expo, Promenades and tagged , , , . Bookmark the permalink. Follow any comments here with the RSS feed for this post.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: